Point Flash

Sénégal

Bateau mortel pour 140 migrants

L’Organisation Internationale pour les Migrations (OIM) déclare que 140 migrants se sont noyés lors d’un naufrage au large du Sénégal le 29 octobre. Il s’agirait du naufrage le plus meurtrier en 2020. Le gouvernement sénégalais quant à lui, nie ce triste bilan et l’estime infondé.

Selon l’OIM, au moins 251 personnes ont péri en mer en tentant une traversée vers l’Europe, entre le 1er janvier et le 17 septembre 2020.

Le Sénégal pleure ses touristes disparus

Comme ailleurs, le covid19 a stoppé net le tourisme et les grands rassemblements au Sénégal. Malgré la situation sanitaire, le pèlerinage de la confrérie musulmane des mourides, ne s’arrêtera pas, bien au contraire, il va drainer des millions de fidèles comme chaque année. La déferlante humaine se dirigera, particulièrement sur Touba, ville sainte du mouridisme d’un million cinq d’habitants. Face aux multiples dégâts économiques et sociaux, le gouvernement à décidé de lever toutes les règles sanitaires malgré la perpétuation de la pandémie. Le Khalife des pèlerins assure que les mesures barrières seront respectées mais fait appel à la générosité publique pour pouvoir distribuer cinq millions de masques.

Gorée rebaptise sa "place de l’Europe"

Gorée, est connue mondialement pour être une île au large de Dakar et qui est inscrite sur la liste du Patrimoine mondial de l’Unesco comme "symbole de l’exploitation humaine". Compte tenue des actions menées actuellement contre le racisme dans un grand nombre de pays, la municipalité sénégalaise a décidé de rebaptiser sa Place de l’Europe en : Place de la Liberté et de la dignité humaine.

Coronavirus : "Le Président Macky Sall veut s’éviter une islamisation des contestations à venir"

La pandémie de Covid-19 a de nouveau illustré les ambiguïtés et les lacunes de la gouvernance du religieux par l’Etat sénégalais...

Lire l'article sur LeMonde.fr

Le rapt de cacahuètes ?

Les chinois seraient-ils accusés de tous les mots ?  Ils ont envahi presque toute l’Afrique, ils sont les responsables d’une épidémie mondiale et maintenant ils sont accusés de rafler toute la production de cacahuètes au Sénégal. Si l’importante demande asiatique est une chance pour les producteurs d’arachide, elle l’est moins pour les huileries locales qui n’ont plus rien à  broyer.  Si selon la Banque Mondiale, 27% des ménages cultivent l’arachide, les chinois eux, sont les plus gros acheteurs et les premiers importateurs de cacahuètes sénégalaises. Du coup l’huilerie publique, la Sonacos (qui emploie 4000 personnes) et ses trois concurrentes sont privées de matière première ce qui a entrainé des mouvements sociaux importants. La chine affirme participer à la création de la richesse alors que le gouvernement sénégalais voudrait trouver une solution plus juste pour ses cultivateurs et ses usines de transformation.

Coronavirus : pour le chef d’état, le rapatriement est impossible.

Alors que des pays africains comme le Maroc, l’Algérie ou la Mauritanie rapatrient leurs ressortissants installés en Chine, Le président Macky Sall  estime le rapatriement des Sénégalais impossible par manque de moyens, en évoquant une logistique hors de portée pour son pays. Une décision qui en surprend plus d’un puisque le rôle d’un chef de l’état est de veiller et d’assurer la sécurité de ses concitoyens sur leur territoire comme à l’étranger.

Béer Shéba le projet de Wycliffe pour l’agriculture durable afin de sauver les fermiers du Sénégal

Chaque année au Sénégal, 40 000 hectares de forêts disparaissent du fait de l'avancée du désert. Au Sahel, la sécheresse est la première cause de pauvreté des habitants, dans une zone ou autrefois, la terre était fertile. Agriculture inadaptée, déforestation intensive, herbage animalier, c’est un combat quotidien que mènent les habitants du Sahel pour leur survie...

Lire l'article sur mediaterre.org

Ecoles coraniques au Sénégal : l’image d’un enfant enchaîné délie les langues

Beaucoup d’élèves sont victimes d’abus et de négligences parfois mortelles, jusqu’à présent dans une grande indifférence...

Lire l'article sur LeMonde.fr

Khalifa Sall gracié par Macky Sall

Le Président du Sénégal, Macky Sall a gracié le 29 septembre l’ancien maire de Dakar Khalifa Sall, qui avait été condamné à 5 ans de prison et 5 millions de francs CFA d’amende, pour « faux et usage de faux » et « escroquerie portant sur les deniers publics »en mars 2017. Mbaye Touré et Yaya Bodian, deux des coaccusés, bénéficient également du décret présidentiel. Khalifa Sall détenu depuis mars 2017, est libre avec une « remise totale des peines principales ». Le moins que l’on puisse dire c’est que le   président Macky Sall a décidé de multiplier les gestes d’apaisement.

« Le corps de la femme est fétichisé ! »

C’est ce qu’a déclaré à Dakar la psychologue Aminata Mbengue à Franceinfo Afrique. Dont voici quelques extraits :

Aminata constate avec amertume que les violences sexuelles et sexistes sont endémiques au Sénégal. On les retrouve dans tous les milieux socio-culturels, dans l’espace familial, dans les écoles et dans les entreprises. Des violences qui ont fini par être banalisées, regrette-elle. "Beaucoup de jeunes femmes portent le voile pour être tranquilles dans l’espace public. Pour se soustraire aux regards. Pour ne pas être embêtées".

"La culture du viol est bien ancrée dans la société". La liste des victimes ne cesse de s’allonger. En mai 2019, le meurtre odieux d’une jeune femme, précédé d’une tentative de viol à son domicile de Tabacounda, dans l’est du pays, a conduit de nombreuses femmes en colère dans la rue. Des viols qui restent souvent couverts par la loi du silence. Les statistiques disponibles remontent à 2014. Quelque 3660 cas de viol ont été signalés en dix mois par l’association des juristes sénégalaises.

"Il y a un déni collectif qui participe à l’invisibilité des violences sexuelles. Il y a aussi la culture du viol qui est bien ancrée. On cherche à responsabiliser la victime. On entend dire : Elle était où ? Elle était habillée comment ? "C’est la double peine pour les victimes", se désole-t-elle.

A Dakar, la psychologue sénégalaise fait partie de celles qui militent en faveur de la criminalisation du viol. Il faut durcir les peines, martèle-t-elle. Elle réclame la reconnaissance par la justice de son pays du statut de victimes pour les femmes qui subissent ces violences. Une étape obligée pour leur réparation et leur guérison.

La souffrance des enfants talibés

Selon le journal « Le Monde » Human Rights Watch dénonce les « énormes souffrances » des enfants talibés. Pensionnaires d’écoles coraniques, ils seraient plus de 100 000 forcés de mendier quotidiennement sous peine de brimades physiques ou psychologiques. Dans ce pays d’Afrique de l’Ouest dominé par  « l’islam confrérique » Une quinzaine d’enfants seraient morts ces deux dernières années.

Tout un Symbole

Macky Sall et Paul Kagame au salon VivaTech à Paris. Les présidents sénégalais et rwandais feront tous deux le déplacement à Paris cette semaine à l'occasion du salon Viva Technology, qui réunit start-up et leaders mondiaux de l'innovation. Une troisième édition sous le signe de l’Afrique.

Un autre symbole : Le poste de premier ministre est officiellement supprimé. Cette réforme controversée, initiée par le président Macky Sall, renforce à n’en point douter le caractère présidentiel du régime sénégalais.

© RNC Francophonie

SUIVEZ-NOUS

  • Facebook
  • YouTube