Point Flash

République Démocratique du Congo

Encore et toujours le premier

Selon « Jeune Afrique » : Dans la nuit de la folie des hommes, le Dr Denis Mukwege remet de la lumière.

Le Dr Denis Mukwege remporte la première place - ex æquo avec le peuple algérien - du classement 2019 des 100 Africains les plus influents réalisé par « Jeune Afrique ».

Co-lauréat du prix Nobel de la paix en 2018, « l’homme qui répare les femmes » fascine et influence bien au-delà des frontières de la République démocratique du Congo d’où il est originaire. Le 23 avril 2019, les États-Unis s’opposent à un projet de résolution des Nations unies visant à combattre le viol comme arme de guerre. Sous l’action conjuguée et contre nature de la Chine, la Russie et les États-Unis le texte, finalement adopté a été vidé de toute substance.

RDC : Une église incendiée et 19 personnes tuées au Nord-Kivu

« Des informations recueillies par le CEPADHO font état de 19 civils massacrés dont 2 Femmes, 40 maisons incendiées (principalement des maisons de commerce) ainsi qu’une église chrétienne (des Kimbanguistes) mise en feu par les ADF. »


Le 28 octobre dernier, les rebelles des Forces démocratiques alliées (ADF) ont attaqué le village de Baeti dans la province du Nord-Kivu, en République Démocratique du Congo (RDC). Dix-neuf personnes ont été tuées, une église et 40 maisons ont été incendiées...


Lire l'article sur InfoChretienne.com

Que justice soit faite !

Denis Mukwege (Prix nobel de la Paix) et Louise Arbour (juriste) : « Il est indispensable de rendre justice pour briser le cycle des violences et de l’instabilité en RDC »


Lire l'article sur LeMonde.fr

Pascal Lissouba est mort

L’ancien Président de la République (1992-1997) du Congo est mort le 24 août en France à l’âge de 88 ans. Premier Chef d’Etat congolais élu au suffrage universel direct dans un scrutin ouvert, il avait été renversé par Denis Sassou-Nguesso au terme d’une guerre civile meurtrière de cinq mois.

Près de 800 civils tués par des rebelles

Selon le journal le journal "Le Monde" un rapport des Nations Unies documente les exactions, ce serait en effet près de 800 civils qui ont été tués par le groupe armé des Forces démocratiques alliées (ADF) dans l’est de la République démocratique du Congo depuis janvier 2019. Il s’agirait « d’exécutions sommaires d’au moins 496 civils – 142 femmes, 25 enfants et 329 hommes ». 297 autres personnes ont péri de février à juin 2020 lors  d’attaques qui ont notamment touché le territoire de Beni, au Nord-Kivu, et dans les environs d’Irumu et Mambasa, en Ituri.

D’après les Nations unies, « la majorité des victimes ont été tuées à l’arme blanche et par balles » et « des familles entières ont été décimées (…), y compris de très jeunes enfants et des personnes âgées »

Ebola encore et encore…

Comme si le Covid- 19 ne suffisait pas l’Ebola est toujours là. Selon le journal Ouest France, la RDC a officiellement déclaré lundi une onzième épidémie de fièvre hémorragique Ebola sur son sol, avec la résurgence d'un foyer dans le nord-ouest du pays, qui vient s'ajouter à la dixième toujours en cours dans l'Est. Kinshasa a sollicité l'appui de l'Organisation mondiale de la Santé (OMS) en annonçant le retour du virus de la fièvre hémorragique à Mbandaka, chef-lieu de la province de l'Equateur, à environ 600 km à vol d'oiseau au nord de la capitale congolaise.

Huit cas ont été enregistrés depuis le 30 mai, dont quatre décès, a indiqué le ministre congolais de la Santé Eteni Longondo.

« L'OMS a déjà des équipes à Mbandaka pour soutenir la riposte face à la nouvelle épidémie d'Ebola », a assuré sur twitter  le directeur général de l'agence onusienne Tedros Adhanom Ghebreyesus.

Les criquets attaquent !

Les criquets pèlerins s’en prennent à la R.D.C. après avoir frappé neuf autres pays sur le continent africain. Selon les experts, une famine est à redouter dans le Nord du pays qui est déjà dans une grande « insécurité alimentaire » et dont la population est très fragilisée. L’inspecteur agricole de la zone attaquée a déclaré : « il y a un risque que les criquets se multiplient, ils se promènent en couple et ravagent tout ce qui est vert, même les écorces et les pelouses » Une famine est redoutée car elle pourrait être comparable à celle de 1944 qui fut véritablement dramatique.

300 rebelles hutus rapatriés au Rwanda

Selon TV5MONDE, près de 300 rebelles hutus rwandais actifs dans l'est du pays rapatriés au Rwanda. Certains de ces rebelles hutus rwandais vivaient et combattaient en RDC depuis le milieu des années 1990. Selon l'armée congolaise, ils ont été capturés, armes à la main, dans le territoire de Kalehe - leur fief, dans le sud Kivu - lors d'une opération lancée fin novembre. "A ceux qui hésitent encore à déposer les armes ou à rentrer au Rwanda, je les invite à ne pas avoir peur mais d'arrêter les hostilités et regagner la vie civile" déclarait le général-major Alex Kagame.

En RDC, la rougeole a fait plus de 5 000 morts en 2019

La maladie s’est répandue plus que dans n’importe quel autre pays au monde. Selon l’OMS la rougeole a tué depuis août 2018, deux fois plus que l’épidémie d’Ebola qui fait rage (2200 morts) et elle a pourtant suscité beaucoup moins d’attention que cette dernière. « La flambée en RDC est la plus grande du monde, c’est l’une des plus importantes que nous ayons vues », a souligné Kate O’Brien, directrice du département d’immunisation et vaccins de l’OMS, lors d’une conférence de presse à Genève. Elle a précisé qu’à la date du 17 novembre, 250 270 cas avaient été enregistrés en RDC, et 5 110 décès.

L’épidémie d’Ebola en RDC reste une « urgence » sanitaire mondiale pour l’OMS

Déclarée le 1er août 2018 dans l’est du pays, l’épidémie a fait plus de 2 150 morts.

Lire l'article sur LeMonde.fr

L’épidémie d’Ebola en cours en R.D.C reste une « urgence » sanitaire mondiale, a déclaré vendredi 18 octobre l’Organisation mondiale de la santé (OMS)

Le Président Félix Tshisekedi a dit :

« J’ai trop de travail et pas de temps à perdre avec des règlements de comptes »  Pour le chef de l’Etat congolais, interrogé par TV5 Monde et « Le Monde » dans l’émission « Internationales », le retour de la paix et de la sécurité reste la priorité. Investi président de la République démocratique du Congo (RDC) le 24 janvier, Félix Tshisekedi, 56 ans, doit composer avec son prédécesseur et ancien ennemi, Joseph Kabila. Ce dernier maintient son influence sur l’appareil sécuritaire, dispose de la majorité au Parlement et dans les assemblées provinciales. Cette alliance de circonstance, nouée à la hâte avant l’élection présidentielle de décembre 2018, a sans doute contribué à l’avènement de la première alternance politique pacifique de l’histoire du pays. Aujourd’hui, le chef de l’Etat expérimente une « cohabitation » aussi risquée que singulière avec Joseph Kabila et doit composer avec des responsables présumés de crimes de sang et de détournements de fonds.

Lire la suite de l’interview   Le Monde/Afrique  Congo RDC publié le 22 septembre

Epidémie d’Ebola en RDC

Depuis le début de l’épidémie, 3 004 personnes ont contracté le virus en RDC, selon les autorités sanitaires qui recensent 2 006 décès et 902 guérisons. (Chiffres du comité national multisectoriel congolais de la riposte contre Ebola) Selon l’organisation mondiale de la santé (OMS) la fièvre hémorragique Ebola, hautement contagieuse, provoque la mort d’entre 25 et 90 % des malades. Selon le journal « Le Monde - il n’existe ni traitement ni vaccin commercialisé, mais plusieurs pistes sont à l’essai. L’Ebola se transmet par contact direct avec le sang, les sécrétions corporelles (sueur, selles, etc.), par voie sexuelle et par la manipulation sans précaution de cadavres contaminés. » Déclarée le 1er août 2018, l’actuelle épidémie d’Ebola en RDC est la dixième sur le sol congolais et la deuxième plus importante dans l’histoire de la maladie à virus Ebola après celle qui a entraîné la mort de près de 11 000 personnes en Afrique de l’Ouest (Guinée, Liberia, Sierra Leone) en 2013-2014.

Les Jeux de la Francophonie 2021 se dérouleront en RDC

Les IXe Jeux de la Francophonie en 2021 ont officiellement été attribués début juillet à la République démocratique du Congo. La compétition ouverte aux 18 / 35 ans, a lieu tous les quatre ans et combine des épreuves sportives et des concours culturels. On se souvient que les jeux précédents s’étaient tenus en Côte d’Ivoire en 2017 et avaient réunis pendant 10 jours près de 3500 participants venant des pays francophones. Malheureusement, le défi ne sera pas que sportif car la RDC reste un des pays les plus instables en Afrique sub-saharienne. Tout le territoire connaît encore aujourd’hui des violences et des profonds désordres sans parler des groupes armés qui sévissent toujours dans L’Est du Pays et cela depuis la fin du génocide Rwandais.

Ebola en RDC: Décès du deuxième cas

Une deuxième personne atteinte par l’Ebola est décédée mardi 30 juillet à Goma dans l’Est de la République Démocratique du Congo. Les autorités du pays disent prendre toutes les mesures nécessaires pour stopper l’épidémie. Il est demandé expressément à la population de ne pas cacher les suspects et de les amener le plus tôt possible au centre de traitement. Goma est un grand centre urbain (2 millions d’habitants) ce qui risque de faciliter la propagation de la fièvre hémorragique qui a déjà fait plus de 1800 morts dans le pays, selon le gouvernement.

Le Président de la RDC demande pardon à Dieu pour «le sang des innocents»

Selon -Evangéliques Point info- Le président Félix Tshisekedi aurait  demandé pardon le 23 juin 2019 lors de la journée d’action de grâce organisée par les Eglises de Kinshasa : «Au nom de toutes les autorités anciennes comme présentes, je te demande pardon pour le sang des innocents qui a été versé intentionnellement ou par de simples erreurs». Il a  ensuite rajouté : « Je confesse mes péchés, ceux de mon peuple et ceux commis par les autres sur le sol de mon pays. Pardonne-nous d’avoir donné ta place aux hommes, en les adorant comme des dieux. Pardonne-nous pour le culte de la personnalité ancrée dans toutes les couches de notre société ». et a aussi demandé pardon à Dieu pour : «tout abus de pouvoir contre les faibles », et pour n’avoir pas été de bons gérants des richesses que Dieu a données à la RDC.

La barre des 2000

Selon le journal « Le Monde »  C’est la dixième épidémie sur le sol congolais depuis 1976 et la deuxième plus grave depuis celle qui a touché l’Afrique de l’Ouest en 2014 et en 2015. La barre des 2 000 personnes qui ont contracté le virus Ebola a été franchie. 1 346 sont mortes depuis la déclaration, il y a dix mois, de l’épidémie qui sévit dans l’est du pays selon les derniers bulletins du ministère de la santé. « Depuis le début de l’épidémie, le cumul des cas est de 2 008, dont 1 914 confirmés et 94 probables. Au total, il y a eu 1 346 décès (1 252 confirmés et 94 probables) et 539 personnes guéries ».

Massacre à l’arme blanche

Dans l’Est du pays, à l’ouest de la ville d’Oicha, un massacre de civils a fait le 28 janvier  au moins 36 morts selon l’administrateur du territoire de Beni Donat Kibwana. Par ailleurs, le député provincial Jean-Paul Paluku a déclaré pour sa part que « Parmi ces victimes, certaines femmes auraient été violées par les bourreaux avant d’être tuées » C’est un fait établi que dans cette région, que les tueries de civils sont souvent attribuées au groupe armé des Forces Démocratiques Alliées (ADF), groupe qui est accusé du massacre de plus de 250 personnes depuis début novembre.

Un pasteur tué à coup de machettes

Les Forces Démocratiques Alliées (ADF) ont mené plusieurs attaques nocturnes dans des villages de la République Démocratique du Congo, notamment Manzingi et Eringeti. Les attaques de ce groupe islamiste ont causé la mort de plus de 30 personnes dont un pasteur...

 

Lire l'article sur InfoChretienne

© RNC Francophonie

SUIVEZ-NOUS

  • Facebook
  • YouTube