Point Flash

République de Guinée

Alpha Condé réélu

Alpha Condé, a gagné la présidentielle  avec 59,49% des voix, il remporte ainsi son troisième mandat. Son principal opposant, Cellou Dalein Diallo, qui revendique 53% des suffrages, l’accuse d’avoir falsifié les résultats. Le pays qui fait face à une grande violence depuis quelques mois, connaît une montée en puissance des affrontements avec officiellement 21 morts malgré une médiation internationale en cours.

Le Président Alpha Condé confirme

Malgré de nombreuses manifestations de contestation depuis des mois dans le pays, le Président reste sur ses positions et confirme être candidat à un troisième mandat. A 82 ans rien n’arrête Alpha Condé même des mois de protestations réprimées et au cours des quelles plusieurs dizaines de civils ont trouvé la mort. Amnesty international dénonce officiellement la répression alors que le président guinéen promet des élections pacifiques devant les commissaires internationaux.

En Guinée, les “expropriations abusives” frappent toujours l’Église

L’archevêque de Conakri dénonce le fait que “l’Eglise catholique a souvent été victime d’expropriation abusive”.


L’Agence Fides dénonce les “expropriations abusives frappant encore l’Église” en Guinée. Ce rapport fait écho au communiqué de Vincent Coulibaly, l’archevêque de Conakri qui révélait récemment un litige foncier qui oppose l’église catholique aux communautés de Kendoumaya...


Lire l'article sur InfoChretienne.com

Un de plus pour le président Alpha Condé…

La Constitution de la République de Guinée limite le nombre de mandats présidentiels à deux, mais l’adoption en début d’année d’une nouvelle Loi fondamentale, a permis à M. Condé d’être candidat pour un troisième mandat. Le RPG (Rassemblement du Peuple de Guinée) l’ayant « sollicité », le président guinéen, âgé de 82 ans a annoncé sa candidature pour le scrutin du 18 octobre ce qui a déjà suscité une grande vague de protestation qui a fait une dizaine de morts.

Des élections dans le flou

L'opposition maintient la pression

Les Guinéens vont devoir patienter. Le double scrutin - les législatives et le référendum constitutionnel - a été reporté de deux semaines. C'est le président Alpha Condé qui l'a annoncé vendredi 28 février. Un nouvel épisode après des mois de contestation. Mais l'opposition ne compte pas se contenter de ce report et exige désormais l'annulation du scrutin...

Voir la vidéo sur TV5 Monde

Elections en Guinée : l’opposition en quête d’un second souffle

Le pays est suspendu à l’ajournement flou du double scrutin des législatives et du référendum sur la nouvelle Constitution voulue par le président...

Voir l'article sur LeMonde.fr

La valse des dates

Le président de la République de Guinée fait ce qui lui plait ! Les législatives du 16 février ont été reportées au 1er mars par décret présidentiel et annoncées comme il se doit par le présentateur du journal télévisé. Le chef de l’état Alpha Condé, est un habitué du fait, puisque des élections devaient se tenir fin 2018 ou début 2019, mais n’ont pas eu lieu pour des raisons politiques et techniques. La date du 28 décembre 2019 a ensuite été proposée, puis celle du 16 février 2020. Et dire que Jacques Brel chantait la valse à Mille temps…

Les principaux leaders du FNDC remis en liberté provisoire

Selon le magazine « Jeune afrique » la justice guinéenne a remis en liberté provisoire dix responsables et militants d’opposition à l’origine des manifestations qui secouent le pays depuis le début du mois d’octobre.

Lire l'article sur JeuneAfrique.com

Le président dit croire en Dieu

Selon Africaguinee.com

« Alpha Condé vient de révéler un de ses petits secrets. Le Chef de l’État guinéen a fait des confidences sur une de ses habitudes qui selon lui dure depuis au moins 20 ans. Alors qu’en Afrique, nombreux sont les chefs d’Etat qui rencontrent régulièrement des marabouts, Alpha Condé exprime lui toute sa croyance en Dieu. Je ne crois pas au maraboutisme ; mais je crois en Dieu.

Espérons pour le peuple guinéen que le Dieu du président soit favorable à la justice, la vérité et à l’amour du prochain…

Très grande manifestation contre une présidence à vie

Un million de personnes (selon les organisateurs) ont défilé jeudi 24 octobre dans les rues de Conakry contre la présidence à vie d’Alpha Condé qui aimerait bien revisiter la constitution pour un troisième mandat. Lors d’une interview le président avait déclaré il y a peu : « je ferai ce que veut le peuple de Guinée » mais le peuple dans la rue lui répond « Amoulanfé ! » ce qui en langue soussou signifie « ça ne marche pas ! ».

Un de plus…

À 81 ans, Alpha Condé, président de la République de Guinée depuis 2010,  veut changer la Constitution guinéenne qui lui interdit de se présenter à la prochaine élection présidentielle de 2020. Tout laisse à penser qu’il veut ce changement pour se maintenir au pouvoir avec un nouveau mandat. 

On se rappelle que des chefs d’États comme ceux de la RDC, du Burkina Faso ou, récemment du Soudan ont mené leurs pays à des crises, en voulant  aussi changer leur Constitution dans le seul but de garder leur place. Ce genre de tentative est souvent accompagné de manœuvres anti-démocratiques et quelques fois d’éliminations de toute forme de contestation.

Comme le dit le milliardaire Mo Ibrahim : « Trop de chefs d’états africains se croient indispensables ». La population semble être du même avis et l’exprime par des manifestations qui se multiplient ces derniers mois à Conakry et dans tout le pays.

Vous conspirez ?

Selon Africaguinée.com Plusieurs personnes ont été arrêtées ces derniers jours pour « conspiration d’un coup d’État » contre le Président Alpha Condé. L’affaire est prise très au sérieux à Conakry ! Parmi les personnes arrêtées figure un certain Mamadou Alimou Barry qui avait été présenté comme étant « l’escroc » qui avait détourné les 300 mille dollars au Président Alpha Condé.

© RNC Francophonie

SUIVEZ-NOUS

  • Facebook
  • YouTube