Point Flash

Côte d'Ivoire

Urgent - Prions pour la Côte d'Ivoire

Jean Marc Fritsch nous fait parvenir ce courrier qu’il vient de recevoir d’un ami de la Côte d’Ivoire


A lire absolument !

Réélu à presque 100%

L’affaire est réglée, Alassane Ouattara est  réélu pour une troisième mandature avec un score qui ne se discute pas : 94,27%. On note que le taux de participation n’est que de 53, 90% car l’opposition avait donné l’ordre de boycotter le scrutin. Le président ivoirien âgé de 78 ans est reparti pour 5 ans alors qu’il avait annoncé en mars dernier ne pas se présenter. Quelques jours après son élection, il durcit le ton et l’opposition est accusée de complot contre l’Etat.  Dix ans après la crise post-électorale de 2010-2011 qui avait fait 3 000 morts, on peut craindre des violences dans les rues d’Abidjan…

Un éternel retour…

Selon France 24 :

Après Guillaume Soro, Laurent Gbagbo : pour la deuxième fois en dix jours, la Cour africaine de justice désavoue la Côte d'Ivoire, lui ordonnant vendredi de réintégrer l'ex-président sur la liste électorale pour la présidentielle du 31 octobre. La CADHP ordonne à l'État ivoirien de "prendre toutes mesures nécessaires en vue de lever immédiatement tous les obstacles empêchant le requérant [Laurent Gbagbo] de s'enregistrer sur la liste électorale".

Les candidatures de Laurent Gbagbo et Guillaume Soro

Le Conseil constitutionnel doit examiner les dossiers de deux hommes qui ont été radiés des listes électorales et qui ont officiellement déposé leurs candidatures pour les prochaines présidentielles : L’ex-président Laurent Gbagbo qui est en liberté conditionnelle en Belgique et l’ex-rebel et ex-premier ministre Guillaume Soro qui réside en France. Le président Alassane Ouattara 78 ans et l’ex-président Konan Bédié 86 ans avaient déposé leur dossier quelques jours plus tôt. « Le Conseil constitutionnel aura la lourde responsabilité de faire respecter les droits fondamentaux et, surtout, de valider les candidatures », a déclaré une porte-parole, Aminata Koné-Zié. La CEI s’attend à recevoir une quarantaine de dossiers au total, dont certains «très farfelus »

La Côte d’Ivoire constitue une cible de choix pour les groupes armés

Eddie Guipié, chercheur à l’université de Korhogo, décrypte le modèle de cohabitation religieuse du pays et comment il est attaqué par une multitude d’actes isolés...


Lire l'article sur LeMonde.fr

Abidjan : La fin du couvre-feu et l’ouverture des "maquis"

La capitale économique ivoirienne  et sa région, qui comptent plus de cinq millions d'habitants (un cinquième de la population du pays) a retrouvé son souffle avec l’ouverture des très célèbres maquis. Les abidjanais connus pour apprécier la vie nocturne dans ces petits bars-restaurants populaires seront malgré tout, tenus de respecter les gestes barrières… Ce qui n’empêchera pas les partisans de Laurent Gbagbo de fêter sans restriction, la levée de son assignation à résidence en Belgique. De la à ce que l’ex-président puisse revenir au pays c’est une autre affaire puisqu’il faudra que les autorités ivoiriennes lui donnent leur accord et ce n’est pas gagné !

La décision du président

C’est réglé, le président ivoirien qui entretenait depuis des mois le mystère de son éventuelle candidature à sa succession a décidé, et par la même occasion, annoncé le jeudi 5 mars qu’il ne se présentera pas à l’élection présidentielle 2020. Devant les parlementaires du Sénat et de l’Assemblée nationale réunis en congrès extraordinaire, Alassane Ouattara a déclaré : « Je vous annonce solennellement que j’ai décidé de ne pas être candidat à la présidentielle du 31 octobre 2020 et de transférer le pouvoir à une jeune génération » La jeunesse a apprécié…

Un baptême en prison

Selon le magazine Jeuneafrique, le député Alain Lobognon, qui avait été arrêté le 23 décembre et qui est un proche de l’ex-président de l’Assemblée nationale Guillaume Soro, sera baptisé dans sa cellule de la prison de Grand-Bassam. Cette décision a été prise par le cardinal Jean-Pierre Kutwa, archevêque d’Abidjan, auprès de qui Lobognon mène depuis quelques mois une réflexion spirituelle sur le thème de la réconciliation.

Mise en place d’un processus électoral sous surveillance internationale

Selon certains analystes, les partenaires (extérieurs) de la Côte d’Ivoire s’inquiètent  à cause des tensions qui montent entre le pouvoir et l’opposition. A onze mois de la présidentielle, si le processus électoral est enclenché, le climat politique semble se crisper dans tout le pays. Pour détendre l’atmosphère, des concerts sont organisés sur le thème de la paix et financés par l’Union Européenne. Selon le journal « Le Monde » : Depuis début novembre, coup sur coup, deux délégations des Nations unies se sont succédées à Abidjan. Pour la première d’entre elles, venue dans le cadre d’une mission conjointe, il s’agissait officiellement d’étudier l’éligibilité de la Côte d’Ivoire à un fonds de consolidation de la paix, doté de 52 millions d’euros chaque année.

Pendant ce temps, le Président  Alassane Ouattara a interdit aux ministres ainsi qu’aux présidents des grandes institutions ivoiriennes de quitter le pays sans autorisation expresse…

Chaud cacao !

La Côte d'Ivoire et le Ghana, principaux producteurs mondiaux de cacao, tentent d'imposer des prix de vente plus rémunérateurs et une filière plus équitable alors que le salon du chocolat se tient à Paris du 30 octobre au 3 novembre 2019. Ce rassemblement des gourmands est parrainé par l’épouse du président de la Côte d’ivoire, premier producteur de cacao du monde. Mais pendant que les grands chefs chocolatiers cherchent les honneurs, les petits planteurs vivent avec moins de 1,20 dollar par jour, selon la Banque Mondiale. Le vice-président du Ghana rajoute : « Un juste prix des fèves de cacao serait une grande aide pour appuyer les investissements des gouvernements africains dans les infrastructures rurales et pour améliorer les conditions de vie. »

Nous sommes nombreux à aimer le chocolat, et à chaque dégustation, on peut se souvenir que : « Sur les 100 milliards de dollars que représente le marché mondial du cacao, seuls 6 milliards reviennent aux agriculteurs » selon le magazine Capital.

La procureure de la CPI fait appel de l'acquittement de l'ex-président Laurent Gbagbo

Selon France 24

Le procureur Fatou Bensouda de la CPI a estimé lundi que des "erreurs" avaient été commises concernant l'acquittement de l'ancien président ivoirien Laurent Gbagbo et de l'un de ses proches, Charles Blé Goudé. Elle a ainsi annoncé faire appel de cette décision.

Laurent Gbagbo a été reconnu non coupable de crimes contre l'humanité commis en 2010 et 2011 au cours des violences post-électorales en Côte d'Ivoire, et libéré en février sous conditions.

Simone Gbagbo : Le temps de la réconciliation

Selon Afrik Soir Simone Gbagbo (épouse de l’ex-président) était le 31 août 2019, l’hôte des populations de la région du Haut-Sassandra où elle a livré un message de paix. Cette tournée l’a conduite à Gadouan, Gonaté, à Bédiala. Les populations, à cette occasion, ont réservé un accueil très triomphal à la 2e vice-présidente du FPI et à sa forte délégation. A Vavoua où elle a été accueillie par des militantes, militants et sympathisants heureux de la revoir. Dans ces différentes villes, l’ex- Députée d’Abobo a lancé un seul message aux populations «  J’exhorte les Ivoiriens à avoir des comportements de citoyenneté envers les autres et les Ivoiriens en particulier. Que les Ivoiriens pardonnent les autres qui leur ont causé le tort. Qu’on se pardonne les uns les autres afin que la paix et la cohésion sociale véritable soient durables », a indiqué Mme Gbagbo. Et d’ajouter : « Que tu sois du FPI, du PDCI-RDA, RHDP, nous devrons nous pardonner, car la violence, la haine et les rancœurs ne feront que nous diviser et nous détruire. D’où que tu viennes, nous sommes tous des ivoiriens, aimons-nous les uns les autres. Allons tous à la réconciliation, privilégions l’intérêt de notre pays. »

Les acteurs incontournables pour la présidentielle 2020

A première vue, les trois personnalités qui devraient s’affronter à la présidentielle d’octobre 2020  ressemblent fort à ceux qui avaient concouru en 2010.

Alassane Dramane Ouattara, Henri Konan Bédié, Laurent Gbagbo. Le premier a été le seul chef de gouvernement de Félix Houphouët-Boigny, le deuxième lui a succédé à la présidence après son décès, en 1993, le troisième fut son principal opposant. Chacun pour leur part, animent la vie politique ivoirienne depuis trente ans.

Laurent Gbagbo le retour ?

Laurent Gbagbo a rencontré les émissaires de Bédié à Bruxelles pour s’entretenir sur la mise en place d’une plateforme de l’opposition face à Alassane Ouattara, dans la perspective de la présidentielle de 2020. La rencontre avait été préparée par Maurice Kakou Guikahué, qui a maintenu les contacts avec Assoa Adou, secrétaire général de la dissidence du Front populaire ivoirien (FPI) et nouvel homme de confiance de l’ex-chef d’État, depuis la mort, début novembre 2018, d’Aboudramane Sangaré.

Selon le magazine « Jeune Afrique » L'ancien président Ivoirien Laurent Gbagbo, regagnera très prochainement son pays la Côte d'Ivoire, si l'on s'en tient aux déclarations de l'ex-ministre de la Fonction publique, Hubert Oulaye, prononcées le samedi 11 mai 2019.

© RNC Francophonie

SUIVEZ-NOUS

  • Facebook
  • YouTube