Point Flash

Cameroun

Cameroun : Libération de l’archevêque émérite de Douala enlevé hier

Christian Tumi, archevêque émérite de Douala, a été enlevé jeudi 5 novembre dans le nord-ouest du Cameroun. Le cardinal âgé de 90 ans a été libéré aujourd’hui, vendredi 6 novembre. 


Le cardinal Christian Tumi, archevêque émérite de Douala, a été enlevé hier, aux alentours de 18 heures dans le nord-ouest du pays, sur la route menant de Bamenda à Kumo. L’Agence Fidès rapporte que douze autres personnes ont également été kidnappées...


Lire l'article sur InfoChretienne.com

Un conflit sanglant

10 jours après le massacre à la machette de 7 écoliers dans le Sud-Ouest du pays, six enseignants ont été enlevés le 3 novembre dans une école protestante à Kumbo dans le Nord-Ouest camerounais. Stephen Afuh, président d’un syndicat d’enseignants presbytériens, assure que les enseignants ont été enlevés par « des Amba-boys », surnom donné aux rebelles en référence au nom qu’ils souhaiteraient donner à un Etat indépendant, l’Ambazonie. Le conflit entre les rebelles séparatistes et les forces de sécurité s’éternise dramatiquement…

Cameroun : 62 écoles fermées suite aux attentats

« Soixante-deux écoles ont été fermées. Les enfants doivent être scolarisés dans d’autres écoles très éloignées de leurs propres villages ou abandonner l’école. »


La semaine dernière, lors du « massacre de Kumba« , huit élèves d’une école chrétienne ont péri lors de l’attaque menée par des hommes équipés d’armes à feu et de machettes. Ce drame n’est pas malheureusement un fait isolé...


Lire l'article sur InfoChretienne.com

Une gestion très mystérieuse !

Dans une tribune, Human Rights Watch s’inquiète de l’opacité qui règne quant à l’utilisation des fonds reçus par le pays pour lutter contre la pandémie.

Selon le journal « le Monde », l’Etat a géré dans le plus grand secret l’argent destiné à faire face au covid19.


Voir aussi: « L’Etat a géré dans le plus grand secret l’argent destiné à faire face au Covid-19 » - LeMonde.fr

Une pandémie révélatrice des forces et faiblesses

Le Docteur Célin Nzambe est médecin missionnaire, partenaire du Défap. Il a été de nombreuses années responsable de l’hôpital de Bafia au Cameroun. Aujourd’hui il est médecin chef de l’Hôpital EPC (Église presbytérienne du Cameroun) de Djoungolo. Il témoigne de l’impact de la crise sanitaire au Cameroun...


Lire l'article sur defap.fr

Attentat suicide dans le Nord du Cameroun

Selon le journal « Ouest-France », Le 1er septembre, sept civils ont été tués dans un attentat suicide djihadiste.

Lorsque des combattants de Boko Haram ont attaqué le village, les gens ont fui, mais ils ont été suivis par un jeune garçon qui portait des explosifs qu’il a actionnés dans la foule, a précisé l’officier à l’AFP. Dans un communiqué, le Haut-commissariat pour les réfugiés (HCR) a fermement condamné cette attaque qui a tué sept civils et blessé 14 autres dans le village de Kouyapé.

Une gestion de la pandémie sévèrement critiquée

Le manque de décisions pour lutter contre le covid-19 a entraîné son lot de critiques dans un des pays d’Afrique subsaharienne les plus affectés par la pandémie. Alors que bien d’autres chefs d’Etat africains ont imposé des mesures radicales très tôt, Le président Paul Biya, n’est apparu publiquement à la télévision que le 19 mai, pressé par l’opposition et par l’OMS.

Début juin, il y a officiellement 6 500 cas déclarés pour plus de 200 décès, sur une population de 25 millions d’habitants. La progression actuelle de la pandémie semble inquiéter les scientifiques locaux, mais à ce jour, aucun confinement général n’a été imposé comme dans de nombreux pays du continent africain. Le 30 avril, le gouvernement a, contre toute attente, assoupli les restrictions sanitaires… Pendant ce temps, plus de 3000 structures informelles que compte le pays manquent totalement de matériel comme les gants, les masques et les solutions hydroalcooliques.

Cameroun anglophone : l’armée accusée d’une tuerie par Human Rights Watch

L’ONG met en cause un Bataillon d’intervention rapide et une milice peule dans le massacre d’au moins 21 civils, dont 13 enfants, survenu dans le village Ngarbuh...

Lire l'article sur LeMonde.fr

Nouvelle attaque de Boko Haram dans le nord du Cameroun

Selon l’agence Cameroun – Presse,  7 personnes tuées et 35 enfants et adultes  enlevés par  Boko Haram dans le village Mbreche au nord du Cameroun.

Lire l'article sur Agence Cameroun Presse

Des tirs sur un avion à l’atterrissage

Dimanche 1er décembre, en approchant de l’aéroport de Bamenda (Nord-Ouest du pays) un avion de la Compagnie Cameroon Airlines a essuyé des tirs provenant peut être des rebelles séparatistes camerounais. Aucun mort ni blessé n’est à déplorer (Selon le journal Ouest France, la compagnie aérienne l’affirme dans un communiqué).

Pendant ce temps, les attaques de Boko Haram sont quasi quotidiennes dans le nord du pays et le principal opposant, Maurice Kamto (président du mouvement pour la renaissance du Cameroun) appelle au boycott des élections législatives.

Tout savoir ou presque sur Boko Haram

Pour le chercheur Aimé Raoul Sumo Tayo, « l’approche purement militaire ne peut pas venir à bout » du groupe djihadiste qui sévit dans le nord du Cameroun.

 

Lire l'article sur LeMonde.fr

Benjamin Tem, traducteur de la Bible et père de 5 enfants, « violemment égorgé » par des bergers fulanis au Cameroun

Lire l'article sur InfoChréienne.com

Paul Biya sort du silence et annonce "un grand dialogue national"

Selon TV5MONDE, « Le président camerounais Paul Biya s'est adressé à la nation, ce mardi 10 septembre. Dans une allocution radio-télévisée, il a annoncé la tenue "d'un grand dialogue national", dès la fin du mois de septembre. L'objectif de cette initiative est de trouver une sortie de crise à la révolte des régions anglophones du Nord-Ouest et du Sud-Ouest du pays. Le Cameroun est secoué depuis près de deux ans par une crise séparatiste, qui a fait déjà près de 2 000 morts. »

Le leader des séparatistes anglophones condamné à la prison à vie

Le leader des séparatistes anglophones, Julius Ayuk Tabe, président autoproclamé de l’Ambazonie, avait été interpellé en janvier 2018 au Nigeria, avant d’être extradé à Yaoundé. Il vient d’être condamné avec neuf de ses partisans à la prison à vie par le tribunal militaire de Yaoundé. Les 10 séparatistes ont été condamnés pour des infractions comme « révolution, terrorisme, sécession et défaut de carte d’identité… De plus, l’Etat du Cameroun leur réclame  12, 5 milliards de francs CFA d’amendes tout en disant être en train de voir quelles solutions adopter pour résoudre la crise ! Le conflit a déjà fait près de 2000 morts  et plus de 530 000 déplacés.

Assassinat d’un traducteur de la Bible au Cameroun

Selon « Info chrétienne », un traducteur de la Bible a été tué à coups de machette dans sa maison dans la nuit du dimanche 25 Août. Abraham Fung travaillait depuis de nombreuses années à traduire le nouveau testament en langue Aghem. Il a été tué par des bergers peuls avec six autres personnes dans la ville de Wum qui se situe dans la région anglophone au Nord-Ouest du Cameroun ou les chrétiens sont largement majoritaires. La plupart des victimes sont des hommes âgés.
En juin dernier, Wum avait déjà subi des attaques, des personnes avaient été tuées et des bâtiments d’églises avaient été incendiés.

La polio de retour après quatre ans d’absence

Le ministère de la santé a annoncé une campagne de vaccination pour faire face à une nouvelle épidémie dans la région de l’Extrême-Nord. Quatre ans après la disparition du virus, la découverte d’un premier cas constitue, selon le gouvernement, « une urgence de santé publique ». Le ministère a annoncé avoir pris « les mesures qui s’imposent », dont « l’organisation d’une campagne de vaccination de riposte ».

Le pays fête le 60ème anniversaire de son indépendance

Après un protectorat allemand, une partie du Cameroun est confiée à la France en 1914 par la Société des nations, à partir de 1946 le pays est mis en tutelle, et il obtient son indépendance le 1er janvier 1960 après de longs et sanglants combats. Aujourd’hui le Cameroun fête son indépendance et traverse l'une des périodes les plus difficiles de son histoire avec la crise sécuritaire née des exactions de Boko Haram dans le nord et celle politique dans l'ouest anglophone. Premier des 17 pays africains indépendants en 1960, le Cameroun n'a connu jusqu'ici que deux chefs d'Etat : Amadou Ahidjo, le père de l'indépendance, et Paul Biya (86 ans), l'actuel président qui dirige le pays depuis 37 ans.

Il y a urgence

Selon le magasine « Jeune Afrique « il y a urgence » à accroître l'aide humanitaire au Cameroun et à la financer, a déclaré lundi le secrétaire général adjoint de l'ONU pour les Affaires humanitaires Mark Lowcock, lors d'une réunion informelle inédite du Conseil de sécurité sur ce pays. 500 000 déplacés internes - La crise a débuté en 2016 avec des revendications pour davantage de représentativité anglophone dans ce pays à majorité francophone, avec un retour au fédéralisme. Une minorité de contestataires réclamait l’indépendance et la proclamation d’un nouvel État, l’Ambazonie.

© RNC Francophonie

SUIVEZ-NOUS

  • Facebook
  • YouTube