Point Flash

Burkina Faso

La situation se dégrade

Depuis plus de quatre ans le pays est pris dans la tourmente des violences de différents groupes armés djihadistes. Se rajoute à l’épouvante, la crise économique du covid19 qui devient dramatique pour les plus pauvres. Pendant ce temps des ONG appellent au secours car plus de 13 millions de personnes ont besoin d’aide dans tout le Sahel, dont 5 millions d’enfants. On compte déjà 1, 5 millions de personnes déplacées pour l’année 2020.

«Ciel! Mon info»: deux émissions avec Henri Girard, l’agriculteur français qui a rêvé d’un Sahel vert

A l’heure où les regards sont tournés sur les évangéliques américains et leur rôle dans la réélection du président étasunien, il est d’autres évangéliques, en Afrique par exemple, qui sont impliqués dans des combats vitaux pour l’avenir de la planète. Henri Girard est du nombre. Rencontre TV et radio avec un homme modeste, dont la foi sert de carburant à un engagement pour faire reverdir le Sahel au Burkina Faso.


Lire l'article sur LaFree.info

La présidentielle, les législatives et les djihadistes

Le 22 novembre 2020 sera une date importante pour le Burkina Faso, le pays devrait en effet élire son président et ses députés. Facile à dire et difficile à faire, surtout à l’est et au nord du pays compte tenu de la situation sécuritaire. Les attaques terroristes ont fait plus de 1 100 morts et plus d’un million de personnes ont fuit la région. Dans certaines localités, les préfectures et les mairies ont été incendiées, les écoles sont fermées et les forces de l’ordre se sont enfuies. Un grand nombre de villages sont devenus inaccessibles et seront dans l’impossibilité d’organiser les élections. Sans oublier que dans bien des endroits les terroristes font la loi, imposent la charia et tuent les indociles. Les groupes armés contrôlent le terrain en plantant le drapeau noir à la frontière avec le Niger et le Bénin.


"Peul et Chrétien": Lire l'article sur LaFree.ch

Le grand imam de Djibo retrouvé mort après son enlèvement

Souaibou Cissé, homme de 73 ans, d’une grande tolérance, qui travaillait pour la paix entre chrétiens et musulmans avait été enlevé par des individus armés le 11 août dernier. Son corps sans vie a été retrouvé le 15 août dans le village de Tilleré au Nord du Burkina Faso.

Malgré le covid-19 des enfants travaillent dans une carrière
Des photos insoutenables…

La carrière de granite à ciel ouvert de Pissy est un trou de plusieurs centaines de mètres de profondeur. Elle est située à la périphérie de Ouagadougou, la capitale du Burkina Faso. Ce granite, qui sert à construire des bâtiments, des maisons et des routes, fait vivre chaque jour environ 4 000 personnes, dont la moitié sont des femmes, et de 400 à 700 enfants...


Lire l'article sur francetvinfo.fr

Quand les attaques djihadistes font autant de morts que le covid-19

Fin mai, en deux jours les attaques djihadistes ont fait au moins 50 morts. Que ce soit sur un marché à Kompienbiga dans l’Est du pays ou au centre nord sur l’axe  Foubé- Barsalogho, la population assiste à de véritables carnages alors même que les convois humanitaires ne sont pas épargnés. Les autorités burkinabées  semblent dépassées et mettent très longtemps à intervenir, selon une source locale l’insécurité est grandissante, l’heure semble à la confusion et tous les habitants fuient (Environ 860 000 personnes ont fui leur foyer). La multiplication des attaques terroristes renforce un sentiment d’impuissance et d’angoisse dans toute la région.

L’opposition appelle à « sécuriser les lieux de culte »

Suite à l’attaque d’une église à Pansi  (nord du pays) qui a fait vingt-quatre morts, dix-huit blessés et dont plusieurs membres ont été enlevés, l’opposition politique a appelé le gouvernement burkinabé à « sécuriser les lieux de culte ». Les attaques des groupes djihadistes contre les chrétiens se sont multipliées au Burkina Faso ces derniers temps. Le 10 février, un groupe armé a enlevé sept personnes au domicile d’un pasteur dans la ville de Sebba. Cinq de ces personnes, dont le pasteur,  seront retrouvées mortes trois jours plus tard.

Le pays confronté à la terreur

Le 24 décembre, 35 civils dont 31 femmes, 7 militaires et 80 terroristes sont morts dans le nord du pays à Arbinda. « Ils ont attaqué au petit matin à près de 300 hommes sur des motos et des pick-up, raconte un officier burkinabé. Ils ont d’abord fait exploser un véhicule piégé sur un poste à l’entrée de la localité, qui a fragilisé notre dispositif, puis nous ont attaqués sur plusieurs fronts. L’affrontement a duré entre deux et trois heures. » L’aviation a été mise à contribution pour repousser « les terroristes ».

Quatre ans après les premières attaques djihadistes venues du Mali, l’Etat a perdu le contrôle au minimum, du tiers de son territoire, alors que les critiques se multiplient à Ouagadougou  contre l’opération « Barkhane »…

Le Burkina Faso entièrement déconseillé aux touristes, selon le Quai d’Orsay

Le ministère français des affaires étrangères, dont on connaît l’habituel principe de précaution, vient de classer tout le pays en zones orange et rouge. En proie depuis 2015 à de multiples attaques djihadistes le Burkina Faso est désormais entièrement « déconseillé sauf raison impérative » ou « formellement déconseillé ». Il y a peu le centre du pays était encore en jaune (vigilance renforcée), alors que la capitale Ouagadougou était en zone orange depuis mars 2018. Les attaques attribuées aux groupes djihadistes, ont fait plus de 700 morts depuis début 2015, selon un comptage de l’AFP, et environ 500 000 déplacés internes et réfugiés, selon l’ONU. La détérioration sécuritaire au Sahel est très préoccupante car l’épicentre de l’insécurité était auparavant au Mali mais aujourd’hui, le Burkina Faso l'a malheureusement rejoint.

Attaque d’un convoi, 37 morts

L’embuscade s’est produite à 40 kilomètres de la mine d’or de Boungou, mercredi 6 novembre. Il s’agit de l’attaque la plus meurtrière enregistrée dans le pays depuis le début des violences djihadistes il y a près de cinq ans...

Lire l'article sur La Croix...

Au Burkina Faso, les évangéliques dénoncent l’ « insécurité croissante » due aux attaques terroristes contre les chrétiens

Lire l'article sur InfoChrétienne.com

Les suites du G7

Lors du sommet du G7 à Biarritz, le président français et la chancelière allemande à l’issue d’une réunion consacrée à l’Afrique, ont appelé à  « élargir » à d’autres pays et à « renforcer » financièrement la coalition internationale pour aider les pays du Sahel à lutter contre les groupes djihadistes. Selon Angela Merkel, le nouvel engagement n’entraînera pas d’augmentation du nombre de militaires allemands déployés dans la zone. Actuellement quelques centaines sont dans des missions de formation et d’appui à la force de l’ONU au Mali, la Minusma. Quant à la France, elle mobilise 4 500 soldats au Sahel pour son opération « Barkhane ».

De son côté, le président burkinabé Roch Marc Christian Kaboré, qui préside actuellement le G5 Sahel (Mali, Niger, Mauritanie, Tchad et Burkina Faso), a insisté sur le besoin d’une force militaire multinationale pour lutter contre les multiples groupes jihadistes. Les attaques d’une douzaine de groupes djihadistes, (certains affiliés à Al-Qaida et d’autres au groupe Etat islamique), ont fait plus de 500 morts, selon un décompte de l’AFP. On notera que selon l’ONG Oxfam « Seulement 1 % de l’aide publique au développement des pays du G7 va au Sahel ».

19 morts dans une attaque dans le nord du pays

Les incursions d’hommes armés, (attribuées par les autorités à des groupes djihadistes) sont de plus en plus en plus fréquentes. 19 personnes ont été tuées, dimanche 9 juin, lors d’une attaque massive dans la commune d’Arbinda, dans le nord du Burkina Faso.

Des chrétiens pour cible

Le 12 mai, deux jours après la libération des otages français un prêtre, l’abbé Simon Yampa, et cinq fidèles ont été tuées dans une église à Dablo dans le nord du pays,. Le lendemain, des individus armés ont enlevé et exécuté quatre personnes à Zimtenga lors d’un retour d’une procession catholique.

L’or ce n’est pas coton

Grâce à l’exploitation de douze sites, la filière aurifère du Burkina Faso a vu sa production croître de plus de 15% entre 2017 et 2018. Pour 2019 la progression devrait être encore plus forte. Ce qui ne sera pas le cas pour la filière du coton, affectée par les aléas de la météo et des attaques terroristes qui ont engendré une certaine désorganisation parmi les producteurs.

Une attaque contre une église protestante fait plus de vingt morts

Une vingtaine de Burkinabés chrétiens ont été tués dimanche dans le nord du pays.

La violence n’en finit pas de secouer le Burkina Faso. Dimanche 16 février, au moins 24 personnes ont été tuées et 18 blessées lors de l’attaque d’une église protestante dans le nord du pays, a déclaré ce lundi le colonel Salfo Kaboré, le gouverneur de la région Sahel. Les terroristes seraient arrivés dans le village de Pansi alors que les habitants étaient regroupés pour le culte dominical. Le pasteur de l’église fait partie des victimes. Les assaillants auraient également enlevé plusieurs personnes...

Lire l'article sur Reforme.net

Burkina faso : un cri d’alarme

La situation est difficile pour ces pays qui sont déjà dans une situation très fragile. Le Burkina Faso, le Niger et le Tchad sont confrontés au développement du djihadisme qui affecte les communautés qui vivent dans ces zones. Les communautés religieuses, parmi lesquelles les communautés chrétiennes, sont devenues une cible privilégiée de ces groupes terroristes.

Lire l'article sur LaFree.ch

Crise humanitaire

En accueillant 270 000 réfugiés et déplacés, la petite ville du nord du pays Barsalogho devient dramatiquement la capitale d’une crise humanitaire de toute une région. Les attaques djihadistes et intercommunautaires se multipliant, le Conseil Norvégien pour les Réfugiés prévoit 900 000 personnes déplacées en avril prochain. Selon l’ONU les violences djihadistes au Burkina, au Mali et au Niger ont déjà fait 4000 morts en 2019.

Hommage

Deux militaires de l’unité d’élite de la marine française ont étés tué pendant le sauvetage des otages au Burkina Faso.

Une cérémonie d’hommage a eu lieu le 14 mai 2019 aux Invalides.

Le parquet de Paris ouvre une enquête sur l’enlèvement des 2 français Bénin.

© RNC Francophonie

SUIVEZ-NOUS

  • Facebook
  • YouTube