Algérie

Point Flash

Algérie

Nom officiel
République Algérienne
Capitale
Alger
Superficie
2 382 000 km²
Population
44 600 000 habitants
Monnaie
Dinar Algérien
PIB (milliards $)
163,8
Langue officielle
Arabe et Tamazight
Locuteurs français
13 804 000
Chef de l'état
Abdelmadjid Tebboune
Algérie

8 octobre 2022, 07:39:08

Caritas met fin à ses activités sur ordre des autorités algériennes

Alger (Agence Fides) - L'Église catholique en Algérie a le regret d'annoncer avec regret la fermeture, à partir du 1er octobre 2022, de toutes les activités et œuvres caritatives réalisées par Caritas Algérie. La fermeture "complète et définitive" est annoncée dans un communiqué de l'archevêché d'Alger signé par Paul Desfarges, archevêque émérite d'Alger et président de l'Association diocésaine d'Algérie...


Lire l'article sur Fides.org

5 septembre 2022, 05:53:45

L’été meurtrier

Mi-août, le bilan des incendies en Algérie était de 38 morts et des centaines de blessés, particulièrement dans l’Est du pays. Le parc national algérien d’El Kala qui est l’un des principaux réservoirs de biodiversité du bassin méditerranéen, a été durement touché car plus de 10.000 hectares sont partis en fumée. On se souvient qu’en 2021, 100.000 hectares de végétation étaient réduits en cendres et 103 personnes étaient mortes victimes des feux.

7 juin 2022, 19:51:37

La case prison pour Said Bouteflika

Le frère de l’ex-président Abdelaziz Bouteflika vient d’être condamné à huit ans de prison ferme pour des faits de corruption alors qu’il purge déjà une peine de 8 ans pour "abus de fonction", "blanchiment d’argent", "trafic d’influence", et "non déclaration des biens". Retour direct à la case prison…

6 mai 2022, 08:09:21

Arrestation d’un opposant

Alors que la fermeture des lieux de culte protestants se poursuit, la Ligue algérienne des droits de l’homme (LADDH) a annoncé l’interpellation de Karim Tabbou, figure du Hirak  qui avait déjà été condamné deux fois en 2020 pour « atteinte à la sureté nationale ». L’opposant avait rendu hommage à Hakim Debazzi arrêté en février et décédé en prison suite à un arrêt cardiaque. Il avait déclaré : « Gardons le sens de son sacrifice, restons constants et continuons notre combat pour l’avènement d’un Etat de droit » ce qui pourrait être aussi la déclaration des chrétiens algériens. On estime qu’il y a encore 300 opposants emprisonnés…

5 janvier 2022, 22:16:24

Le risque d’une guerre entre l’Algérie et le Maroc ?

La tension sans précédent entre l’Algérie et le Maroc pourrait dégénérer à la faveur d’un incident mal maîtrisé, alors même qu’aucune des parties ne désire un conflit ouvert...


Lire l'article sur LeMonde.fr

5 novembre 2021, 14:18:38

Tous en prison !

Chems Eddine Laalami, une figure du Hirak, a été condamné à deux ans de prison ferme pour « discours de haine, outrage à corps constitué, diffusion de fausses informations et incitation à attroupement non armé » Peut-être rencontrera t-il dans les couloirs de la punition, le frère cadet de l’ex-président, Saïd Bouteflika qui a été condamné à deux ans de prison ferme pour « entrave au bon déroulement de la justice ». Tayeb Louh, l’ancien ministre de la justice sera lui aussi derrière les barreaux mais pour six ans. En Algérie, les établissements pénitentiaires sont très accueillants actuellement !

6 octobre 2021, 20:51:38

Bouteflika est mort

L’ex-président Abdelaziz Bouteflika, chassé du pouvoir en 2019 après 20 ans à la tête de l'Algérie, est mort à l'âge de 84 ans. Son décès a suscité des réactions mi figue mi raisin parmi les autorités algériennes et presque un soulagement dans le pays. Quant aux médias, ils ont assuré une information à minima. Aucune nouvelle n’avait fuité de sa résidence médicalisée de Zeralda à Alger depuis la démission de l’homme d’Etat le 2 avril 2019.

5 septembre 2021, 16:32:47

Le feu échauffe les esprits

Pendant le mois d’août, le nord de l’Algérie a connu des incendies gigantesques qui ont ravagé des dizaines de milliers d’hectares de forêts en causant la mort d’au moins 90 personnes. Le Président algérien a affirmé que la plupart des feux étaient d’origine criminelle et accuse son voisin marocain d’être impliqué dans ce brasier meurtrier, tout en désignant comme responsable le Mouvement pour l’autodétermination de la Kabylie (MAK). Fin août le ministre algérien des affaires étrangères annonçait officiellement la rupture des relations diplomatiques avec le royaume chérifien. Les nouveaux rapports du Maroc avec Israël y sont peut-être pour quelque chose…

4 juin 2021, 11:40:21

Qui veut tuer son chien l’accuse…

Depuis plusieurs semaines les marches du Hirak sont entravées par les autorités qui ne supportent plus cette manifestation. Tous les moyens sont bons pour bâillonner les contestataires : Les transports en commun sont bloqués, empêchant la population de rejoindre le centre-ville pour sa marche hebdomadaire, un imposant quadrillage sécuritaire et des centaines de personnes arrêtées, découragent les protestataires. Se rajoute à la liste, une forte pression sur les médias avec des journalistes placés sous contrôle judiciaire. Et pour couronner le tout, un documentaire produit par l’armée diabolise les opposants sur la télévision publique en assurant que le Hirak est infiltré par des mouvements terroristes comme les indépendantistes kabyles ou la France.

7 mai 2021, 10:21:44

Pressions sur les marcheurs

Depuis la reprise des marches du Hirak, des milliers de personnes continuent de manifester. La répression policière et judiciaire augmente de jour en jour contre les militants qui ne veulent pas des élections législatives anticipées prévues en juin. Selon Saïd Salhi, vice président de la ligue algérienne de défense des droits de l’homme, ceux qui sont arrêtés doivent signer un document où ils s’engagent à ne plus participer aux marches du vendredi et sont menacés gravement en cas de récidive. Ceux qui sont placés sous contrôle judiciaire ont interdiction de parler aux médias et on estime que plus de 70 personnes sont incarcérées actuellement dans les geôles algériennes.

8 mars 2021, 18:52:25

Le Hirak est de retour

Des milliers de manifestants du Hirak sont à nouveau dans la rue. Fin février, à Alger comme dans d’autres villes, le mouvement a retrouvé ses marques avec beaucoup de ferveur. Si la covid19 les avait arrêtés il y a un an, aujourd’hui les manifestants sont bien décidés à encore se faire entendre chaque vendredi en déclarant haut et fort qu’ils ont les mêmes revendications qu’en 2019.


« Nous sommes très préoccupés par la détérioration de la situation des droits de l’Homme en Algérie et par la répression continue et croissante contre les membres du mouvement pro-démocratique du Hirak ». Cette déclaration a été faite par un porte-parole du Haut-Commissariat aux droits de l’homme des Nations unies à Genève qui demandait aux autorités algériennes de mettre immédiatement fin aux détentions arbitraires et aux violences contre les manifestations pacifiques.

7 février 2021, 17:53:08

Raviver la flamme !

Les restrictions sanitaires et la crise économique aggravée par la covid-19 soufflent sur les braises de la colère sociale. Après 1 an d’interruption des manifestations du Hirak, des marcheurs rallument le flambeau et défilent dans différentes villes en reprenant des chants du Hirak. Le feu couve toujours, particulièrement parmi les jeunes, et l’assèchement de la rente pétrolière avec la baisse des cours n’arrangent rien. La question est posée : Les politiques sont-ils plus dangereux que la pandémie?

6 janvier 2021, 21:23:46

Guérir sans rire

Après deux mois d’absence, le président Abdelmadjid Tebboune est de retour en Algérie. Il était soigné en Allemagne pour la covid19 et il est maintenant, apparemment en bonne santé. Son stage hospitalier ne lui a pas appris l’humour puisqu’un internaute de 25 ans vient d’être condamné à trois ans de prison pour des mèmes se moquant du dirigeant en convalescence.

7 décembre 2020, 21:18:33

Être absent est une façon de se faire remarquer

Depuis son évacuation vers l’Allemagne le 28 octobre, le président Abdelmadjid Tebboune n’a toujours pas réapparu. Sa dernière apparition publique remonte au 15 octobre et depuis ce temps la mise en œuvre des réformes politiques et économiques est paralysée. Le secret d’état est révélé depuis peu, le président algérien de 74 ans a été contaminé par la covid19. On peut espérer qu’il ne copie pas son prédécesseur qui était connu pour ses hospitalisations récurrentes à l’étranger mais être absent est aussi une façon de se faire remarquer.

6 novembre 2020, 13:39:34

OUI… mais NON !

Le « oui » l’a emporté haut la main lors du référendum sur la révision constitutionnelle proposée par le pouvoir en place avec 66,8% des voix exprimées… mais avec une abstention record de 76,3%. 

Le président Abdelmajid Tebboune actuellement hospitalisé en Allemagne, ferait peut être bien de tenir compte du « Non »  infligé par le boycotte des partisans du « Hirak » qui ne voyaient dans cette révision « qu’un changement de façade ».  A suivre…

5 octobre 2020, 19:36:55

Pour plus de justice ?

Anatole France disait « La justice est la sanction des injustices établies ».

Des dizaines d’avocats organisaient le 27 septembre une manifestation à la Cour d’Alger n’hésitant pas à entonner l’hymne national et reprendre certains slogans du « Hirak », le mouvement de protestation anti-régime. La revendication était suivie d’une semaine de grève pour réclamer « une justice indépendante » et « le respect des droits de la défense ». Dans le même temps, « Mme Maya » que certains présentaient comme la « fille cachée » de l’ancien chef de l’état Abdelaziz Bouteflika, devait comparaître pour corruption entrainant avec elle un grand nombre d’anciens hauts fonctionnaires dans sa disgrâce.

La même justice algérienne, selon Ouest France « a condamné à trois ans de prison ferme Brahim Laalami, l’une des figures du Hirak. Les autorités ciblent depuis des mois les militants, les opposants politiques, les journalistes et les internautes, afin d’empêcher une reprise du mouvement pacifiste. »

7 septembre 2020, 20:06:38

L’église de Makouda reste fermée

Le tribunal administratif a décidé que la deuxième plus grande église protestante d’Algérie (700 membres) qui était fermée depuis le 15 octobre 2019 le restera.

Le président de l’Eglise Protestante d’Algérie, Salaheddine Chalah a déclaré à Info Chrétienne : « L’ordonnance de 2006 est beaucoup plus répressive, liberticide même. J’estime qu’elle est en contradiction avec l’article 42 de la Constitution algérienne. Cette loi a été promulguée pour essayer de limiter la croissance de l’église en Algérie. Si on jette un coup d’œil sur l’ordonnance, il y a beaucoup plus d’articles sur les pénalités à subir que sur l’exercice du culte en soi, sur l’organisation du culte en soi. On ne nous dit pas dans cette ordonnance comment nous pouvons constituer une association, quels documents nous devons fournir, et à qui nous devons nous adresser. Chaque Wali, c’est à dire chaque gouverneur de la région décide à sa manière, selon son appréciation du dossier. Et c’est ça le problème. On voit aujourd’hui les décisions radicales des trois walis, ceux de Bejaia, d’Oran et de Tizi-Ouzou pour gérer ce dossier des églises. »

7 juillet 2020, 20:49:58

La justice en action

La justice algérienne a prononcé de lourdes peines allant de deux à vingt ans de prison pour corruption à l’encontre des caciques de l’ère Bouteflika. Pendant ce temps Karim Tabou figure emblématique du mouvement populaire anti-régime et trois autres militants ont été libérés ainsi que l’opposante algérienne Amira Boraoui figure du combat pour la démocratie en Algérie. Ces décisions peuvent apparaître comme des gestes d’apaisement, mais est-ce suffisant?

8 juin 2020, 21:02:18

L’Algérie rappelle son ambassadeur

Les deux documentaires décryptant le mouvement de contestation populaire, diffusés le mardi 26 mai sur les chaînes françaises, n’ont pas été appréciés par les autorités algériennes.

Le ministère des affaires étrangères a fait savoir que : « L’Algérie a décidé de rappeler immédiatement en consultation son ambassadeur en France ». Le « caractère récurrent de programmes diffusés par des chaînes de télévision publiques françaises (…), en apparence spontanés et sous le prétexte de la liberté d’expression, sont en fait des attaques contre le peuple algérien et ses institutions, dont l’ANP [armée nationale populaire] ».

8 juin 2020, 21:00:36

Des manifestations pro-Hirak pendant l’Aïd el-Fitr

Malgré l’interdiction de tout rassemblement à cause du Covid-19, la contestation anti-régime a recommencé. La manifestation la plus récente a été organisée lundi 25 mai à Kherrata, dans la wilaya (préfecture) de Béjaïa, en Kabylie.

previous.png
next.png